Vie : mode d'emploi

Dans quels cas la grippe peut-elle devenir grave ?

Maux de tête, rhume et autres désagréments, quand la grippe survient, on se croit vraiment mal en point. Un changement de climat ou une vague de froid et voilà que l’on se réveille avec un nez bouché, ou au contraire, un nez qui coule, des petits frissons et on se rend compte que l’on a attrapé ce virus qui, souvent, nous fait clouer au lit. Pourtant, si on la considère comme une maladie passagère, elle pourrait s’aggraver dans certains cas.

La grippe dans tous ses états

C’est une maladie contagieuse, sous forme de virus, qui se transmet facilement et attaque en premier lieu le système respiratoire, mais pouvant se propager dans les autres organes. Dans la plupart des cas, dans sa forme courante, la maladie dure environ entre 3 à 7 jours, mais selon les cas et la défense immunitaire de chaque patient, elle peut réduire la capacité du sujet à mener des activités normales.

Essentiellement, on recense trois types de cette affection, à savoir le Type A qui est la plus dangereuse et la plus virulente, c’est le type qui a provoqué la plus de pandémie pour ne citer que la « grippe espagnole » de 1918 ou la « grippe de Hong Kong » de 1968. Il y a également le Type B dont les symptômes sont moins graves et mieux localisés pour une propagation moins importante. Le Type C est la moins dangereuse et se manifeste souvent avec un simple rhume.

Cette maladie subit des modifications génétiques et change d’intensité, et il est conseillé de procéder à une vaccination pour s’en préserver, et elle devra être faite régulièrement à chaque type de grippe découverte. Très contagieuse, il est aussi préconisé de prendre des mesures en tenant les nourrissons et les enfants loin du malade et en adoptant les gestes optimaux pour s’en prémunir : se laver souvent les mains, réduire les visites chez le malade…voir plus d’information en cliquant ici.

Des complications qui peuvent survenir

Cette affection peut se guérir avec des médicaments classiques comme les antalgiques ou les antitussifs, seulement, quand elle affecte les enfants ou les personnes âgées, des complications peuvent survenir. La surinfection bactérienne peut alors léser plusieurs organes chez les enfants, essentiellement des otites au niveau des oreilles internes, des bronchites au niveau des poumons, voire une exacerbation d’un asthme chez un enfant qui en est déjà sujet.

Chez les personnes âgées, mais également chez les adultes dont le système immunitaire est plutôt réduit, une simple infection à ce virus peut se dégénérer en bronchite aigüe qui se traduit par une difficulté respiratoire entrainant la nécessité d’une assistance respiratoire, voire une hospitalisation.

Quand elle tue

Si la grippe touche chaque année 2 à 7 millions de Français, quelque 2000 à 7000 personnes succomberaient à l’infection. Les statistiques ont montré que les épidémies de 1972-1973 et celle de 1994-1995 ont fait le plus de victimes avec 90% de décès qui ont été provoqués par la pneumonie, une autre complication de cette infection dont les personnes de 65 ans et plus sont les plus touchées.

La grippe espagnole a fait plus de 20 millions de victimes, mais d’autres types plus récents ont aussi tué. Même si le nombre de décès est moins important, la propagation reste toujours une menace, entre autres le type H1N1 de 2009 ou le type H5N1, la fameuse grippe aviaire, qui entraînait beaucoup de décès en Asie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *